Description du réseau

Le réseau Mathématiques et Décision pour le Développement Durable (M3D) est un groupe pluridisciplinaire travaillant sur :
M3D word cloud
(mots composant les titres des interventions des écoles Roscoff 2010 et Porquerolles 2011)

Le réseau M3D est à l'interface entre la biologie, l'écologie, l'économie et les mathématiques. Il associe, pour l'heure, une quarantaine de chercheurs dans ces spécialités issus de différents organismes de recherche (CNRS, IFREMER, INRA, INRIA, IRD, IRSTEA, Universités et grandes Écoles) et demeure ouvert à tout chercheur intéressé.
Le réseau a pour but de favoriser les échanges entre disciplines et de fédérer des recherches autour de problèmes liés à la décision et la gestion dans les domaines liés au développement durable. À ce titre et sans volonté d'exhaustivité, les membres du réseau sont impliqués dans la gestion des ressources naturelles (pêche, forêts), des maladies et parasites (populations végétales, animales et humaines), du changement climatique, ou de la biodiversité.

Les problèmes décisionnels liés à la durabilité de tels systèmes se révèlent d'une complexité multiple :

  1. complexité intrinsèque des systèmes naturels/biologiques considérés, liée à la fois au grand nombre d'entités en interactions (individus, populations, espèces, etc.) et à la nature de ces interactions (souvent fortement non linéaires);
  2. complexité de la notion même de durabilité (définition, minimisation d'un coût écologique/économique) ;
  3. complexité des moyens à mobiliser pour mettre en œuvre une politique durable (instruments économiques tels que taxes et permis versus instruments réglementaires tels que normes) ;
  4. et enfin, complexité associée aux interactions et rétroactions entre systèmes de gestion et systèmes naturels/biologiques.

Dans le cadre du réseau, la problématique de développement durable se traduit généralement par la recherche de politiques durables et efficaces et s'appuie sur des modèles dynamiques issus du couplage entre systèmes biologiques et systèmes de gestion. Elle mobilise des méthodes issues de la théorie de la viabilité (durabilité des méthodes de pêche, exploitation des ressources forestières, etc.), de la commande optimale, ou encore de la théorie des jeux (politiques de vaccination dans les épidémies, séquestration du carbone par les terrains agricoles, etc.). In fine, il s'agit de proposer, sur la base de différents cas d'études, des méthodes permettant un traitement générique des problèmes de prises de décision associées au développement durable.

Fichier attachéTaille
Présentation du réseau M3D aux journées du RNSC, Roscoff, 12 mai 20113.4 Mo
Poster de présentation du réseau M3D, mars 20141.4 Mo